jaac - online


Homepage
Mail

VPB 63.111

(Déc. de la Comm. eur. DH du 22 octobre 1998, déclarant irrecevable la req. N° 40292/98, David Imhof c / Suisse)


Regeste Deutsch
Résumé Français
Regesto Italiano
  Erwägungen

Weigerung der Behörden einer Strafanstalt aus Sicherheitsgründen, einem muslimischen Gefangenen die Bewilligung zu erteilen, den Imam (Vorbeter) beim Freitagsgebet zu vertreten.

Art. 9 EMRK. Religionsfreiheit.

Aufgrund dieser Bestimmung müssen sich die Strafanstaltsbehörden bemühen, den geistlichen Bedürfnissen der gefangenen Personen nachzukommen. Die Freiheit, seine Religion auszuüben, umfasst aber nicht jeden von einer gottesdienstlichen oder einer sonstigen rituellen Handlung ableitbaren Akt. Diese Bestimmung wurde im vorliegenden Fall nicht verletzt.


Refus opposé par les autorités pénitentiaires, pour des motifs de sécurité, à la demande d'un détenu musulman visant à obtenir l'autorisation de remplacer l'imam, chargé de présider la prière commune du vendredi.

Art. 9 CEDH. Liberté de religion.

Cette disposition impose aux autorités pénitentiaires de s'efforcer de pourvoir aux besoins spirituels des détenus. Toutefois, la liberté de manifester sa religion ne recouvre pas tous les actes pouvant être déterminés ou inspirés par l'exercice d'un culte ou l'accomplissement de rites. Cette disposition n'a pas été violée en l'espèce.


Rifiuto opposto dalle autorità penitenziarie, per motivi di sicurezza, alla richiesta di un detenuto musulmano intesa ad ottenere l'autorizzazione di sostituire l'imam, incaricato di presiedere alla preghiera comune del venerdì.

Art. 9 CEDU. Libertà di religione.

Questa disposizione impone alle autorità penitenziarie di impegnarsi a provvedere ai bisogni spirituali dei detenuti. Tuttavia, la libertà di manifestare la propria religione non comprende tutti gli atti che possono essere determinati o ispirati dall'esercizio di un culto o dal compimento di riti. Nella fattispecie la disposizione non è stata violata.




Il rappelle que l'art. 9 CEDH impose aux autorités pénitentiaires de s'efforcer de pourvoir aux besoins spirituels des détenus; toutefois, la liberté de manifester sa

religion, au sens de cette disposition, ne recouvre pas tous les actes pouvant être déterminés ou inspirés par l'exercice d'un culte ou l'accomplissement de rites (N° 5442/72, déc. 20.12.74, DR 1, p. 41, N° 5947/72, déc. 5.3.76, DR 5, p. 8 et N° 6886/75, déc. 18.5.76, DR 5, p. 100). En particulier, il estime que le refus opposé par les autorités pénitentiaires, pour des motifs de sécurité, à la demande d'un détenu musulman visant à obtenir l'autorisation de remplacer l'imam en cas d'empêchement de ce dernier lors de la prière commune du vendredi, n'est pas contraire à la liberté de religion.





 

 

 

Beginn des Dokuments