vpb - online


Homepage
Mail

VPB 66.117

(Déc. de la Cour eur. DH du 27 septembre 2001, déclarant irrecevable la req. n° 36797/97, G.M.B. et K.M. c / Suisse)


Regeste Deutsch
Résumé Français
Regesto Italiano
 
   Erwägungen
 

Gesuch der verheirateten Eltern, ihre Tochter nicht unter dem Familiennamen, sondern unter dem mütterlichen Namen in das Geburtsregister einzutragen.

Art. 8 EMRK. Recht auf Achtung des Privat- und Familienlebens.

-  Es steht dem Gerichtshof nicht zu, an Stelle der nationalen Behörden zu entscheiden, welche die angemessenste Politik im Bereich Familiennamen sei. Das schweizerische Recht ist, was die Wahl des Familiennames angeht, genügend flexibel.

-  Kein Konventionsstaat erlaubt es, als Familiennamen den Namen des einen Ehegatten und als Namen des Kindes den Namen des anderen Ehegatten zu wählen.

Art. 14 in Verbindung mit Art. 8 EMRK. Verbot der Diskriminierung.

-  Die schweizerische Gesetzgebung bezweckt die Einheit der Familie zu erhalten. Bei der Heirat müssen der Ehemann oder die Ehefrau ihren Namen aufgeben; dies stellt keine Diskriminierung dar. Das Kind erhält den Familiennamen; die Eltern haben kein Wahlrecht.

-  Im vorliegenden Fall haben die Beschwerdeführenden aus freien Stücken den Namen des Ehemanns als Familiennamen gewählt.


Requête de parents mariés tendant à ce que leur fille ne soit pas inscrite au registre des naissances sous leur nom de famille, mais sous le nom de la mère.

Art. 8 CEDH. Droit au respect de la vie privée ou familiale.

-  Il n'appartient pas à la Cour de se substituer aux autorités nationales afin de décider quelle est la politique la plus appropriée en matière de noms de famille. Le droit suisse est suffisamment flexible en ce qui concerne le choix du nom de famille.

-  Aucun Etat Partie à la convention ne permet de choisir le nom d'un époux comme nom de famille et celui de l'autre époux comme nom de l'enfant.

Art. 14 en relation avec l'art. 8 CEDH. Interdiction de discrimination.

-  La législation suisse a pour but le maintien de l'unité de la famille. Vu qu'au moment du mariage, soit l'époux soit l'épouse doit abandonner son nom, il n'y a pas de discrimination. L'enfant reçoit le nom de famille; les parents ne peuvent pas choisir.

-  En l'espèce, les requérants ont choisi librement de prendre le nom du mari comme nom de famille.


Richiesta di due genitori sposati perché la loro figlia non sia iscritta nel registro delle nascite con il cognome della famiglia, ma con quello della madre.

Art. 8 CEDU. Diritto al rispetto della vita privata o familiare.

-  La Corte non può sostituirsi alle autorità nazionali per decidere quale sia la politica più appropriata in materia di cognomi. Il diritto svizzero è sufficientemente flessibile per quanto concerne la scelta del cognome.

-  Nessuno Stato firmatario della Convenzione permette di scegliere il cognome di un coniuge come cognome della famiglia e il cognome dell'altro coniuge come cognome del figlio.

Art. 14 in relazione con l'art. 8 CEDU. Divieto di discriminazione.

-  La legislazione svizzera ha lo scopo di mantenere l'unità della famiglia. Visto che, al momento del matrimonio, il marito o la moglie deve rinunciare al suo cognome, non vi è discriminazione. Il figlio riceve il cognome della famiglia e i genitori non possono scegliere.

-  Nella fattispecie, i ricorrenti hanno scelto liberamente di prendere il cognome del marito come cognome della famiglia.




Cette décision a été rendue en anglais. Le texte peut être:

commandé par courrier au Greffe de la Cour européenne des droits de l'homme, Conseil de l'Europe, B.P. 431 R 6, F - 67075 Strasbourg Cedex.

ou consulté sur Internet à l'adresse http://hudoc.echr.coe.int/ à l'aide d'une recherche dans HUDOC avec le n° de la req. et le type de texte (Arrêt ou Décision sur la recevabilité)





Homepage des Europäischen Gerichtshofs für Menschenrechte

 

 

 

Beginn des Dokuments